Pas à pas, nous convergeons pour la transition Jai Jagat 2020

Décembre 2020

La Jai Jagat, marche internationale non-violente pour un développement mondial favorable à tou.tes, a connu en mars 2020 un revirement inattendu : la crise sanitaire de la COVID force l’arrêt d’une cinquantaine de marcheur.euses parti.es de Delhi en Arménie, le 26 septembre 2020. Cependant, plusieurs événements et marches européennes ont été maintenues jusqu’à Genève. Il est temps de vous partager le bilan de ces derniers mois d’engagements.

La marche comme méthode de lutte

La marche est avant tout une méthode de lutte de cohésion et convergence entre les marcheurs. De part le mouvement, elle permet de construire des réseaux riches et diversifiés. Individuellement, les marcheurs se sont sentis transformés par l’expérience. Nombre de marcheur.euses curieux.euses et hasardeux.euses ont évolué grâce à cette méthode à taille humaine et sont devenu.es acteur.rices de changement.

090_Impressionen_JJ-Marsch_Frankreich-GenfPartie de Delhi le 2 octobre 2019 pour le 150e anniversaire de Gandhi direction Genève, la marche a dû s’arrêter en Arménie en mars 2020 à cause de la pandémie covid19. Néanmoins à l’été 2020, d’autres marches parties de France et de Suisse ont pris le relais pour arriver à Genève à la date prévue, le 26 septembre 2020, devant les locaux des Nations Unies.

La Jai Jagat fonctionne à deux échelles. En effet, le but d’une marche est de prendre le temps de découvrir, rencontrer, discuter à l’échelle locale et globale. Dans un premier temps, le mouvement s’inscrit dans le local. Il fonctionne par groupes locaux avec pour but de permettre une organisation plus efficiente mais aussi de populariser le mouvement ; puis à l’échelle globale pour porter toutes les demandes des groupes locaux.

La réussite de la mobilisation au niveau local

Les acteur.rices marchent pour des valeurs partagées à l’international. Huit marches, contre toute attente, se sont dirigées vers Genève. Ainsi, malgré le contexte épidémique, elles ont pu se rejoindre devant les Nations Unies et participer à des évènements réalisés par l’équipe de Jai Jagat Genève.

En France, le mouvement a ainsi vu naitre une coordination nationale et  6 marches locales que nous avons suivi de leur création à leur arrivée en Suisse : la marche de Saint-Julien-en-Genevoie, de Lyon, la « Marche du Sel » partie de Guérande, Saint-Antoine l’Abbaye, Seytroux et Lons-le-Saunier.

IMAGE JAI JAGAT

 

Au total 127 personnes ont ainsi marché sur 873 km de fin juillet 2020 à fin septembre 2020 !

Ces marches ont pu s’organiser grâce à la force du réseau local, à l’exemple de la marche de Lons-le-Saunier, initée par Action Aid France, qui a mobilisé plus de 52 autres organisations du département. A Saint-Julien-en-Genevoie, les préparatifs de Jai Jagat s’opèrent depuis 2012 : les associations se réunissent et mènent de actions de sensibilisation au développement durable et aux droits des paysans dans la ville.

Ces marcheur.euses ont alors l’objectif commun de se mettre en mouvement et en solidarité avec celles et ceux qui n’en n’ont pas la capacité et de promouvoir une transformation de nos modes de vie à toutes les échelles, en s’appuyant sur les objectifs de développement durable  notamment l’ODD 1 et 2 d’éradication de la pauvreté et faim zéro, l’ODD 10 sur la réduction des inégalités, l’ODD 13 sur la sauvegarde du climat et l’ ODD 17 de promotion de la paix.

Journal de bord : Construire la suite malgré la pandémie

S’engager dans une marche de plusieurs jours auprès d’un groupe a relevé d’un véritable défi pour les participant.es français.es de la Jai Jagat. De plus, la COVID-19 est fortement venue déstabiliser les actions. Les conférences, les itinéraires et les accueils dans les villages-étapes furent bien plus compliqués à mettre en place et le futur des marches a demeuré incertain jusqu’ à la dernière minute.
Cependant, les marcheur.euses ont été animé.es par la découverte de la vie en collectivité et de la force militante du groupe. Au fil de leur route, ils.elles ont été accueilli.e.s par des volontaires « pleins et sans réserve », organisé des projections et des débats dans les villages et partagé des rencontres enrichissantes avec des personnalités locales.

Les marches se sont toutes regroupées IMAGE 2 JAIJAGATle 25 septembre à Meyrin (Suisse) et ont été accueillies jusqu’au lendemain matin pour une nouvelle étape essentielle tant cette grande bouffée d’oxygène a redonné de l’espoir aux marcheurs.euses, ému.es de voir ce projet s’accomplir après toutes les incertitudes de la crise sanitaire. Des activités chaleureuses ont égayé la soirée : des associations sont venues rencontrer les acteur.rices autour d’un repas, des danses et des chants collectifs ont été appréciés.

IMAGE 3 JAIJAGAT

Le 26 septembre, les participant.es sont parti.es pour l’ultime étape : la place des Nations Unies à Genève, où s’organisait aussi l’évènement The Meal, un moment de partage international avec des participations virtuelles, autour d’un repas, en soutien à la marche de Delhi annulée. Cette journée, rythmée par les symboles, restera dans les mémoires des participan.tes.

 

Que pouvons-nous imaginer pour le futur de la Jai Jagat ? 2021 – 2030

Les marcheurs.euses rentrent avec la satisfaction d’avoir pu mener à bien ce projet, qui s’est présenté comme un véritable défi dans le contexte actuel. Le regret des actrices et acteurs de ce grand moment est le peu d’intérêt et de visibilité que la Jai Jagat a suscité au niveau européen. Pourtant les multiples échanges et rencontres locales leur ont montré l’intérêt des populations pour les thématiques de cette marche et de ses enjeux. Difficile dans un contexte de crise sanitaire de mobiliser chacun.e à son échelle et à la mesure de ses possibilités : d’un.e citoyen.ne engagé.e au décideur politique…

20200309-052Pour l’année prochaine, dès le printemps 2021, grâce à l’appui de Jai Jagat Genève, un dialogue commencera pour permettre un véritable échange entre les marcheurs (qui représentent toutes les actions et témoignages récoltés en chemin), les citoyens de Genève et autres participants venus de plus loin, et la Task Force de l’ONU, dans l’objectif de faire des propositions à cette dernière sur l’économie sociale et solidaire.
En septembre 2021, à Genève il est prévu un nouvel accueil de marches locales, autour de conférences sur divers sujets pour la transition écologique. Ce sera l’occasion de de nouveau proposer à des artistes, artisans, société civile et association de se retrouver autour d’une fête et d’un repas The Meal.

En attendant, à Genève comme à l’international, Jai Jagat a entamé une consultation pour évaluer les forces et faiblesses du mouvement et créer un message, une vision et une nouvelle stratégie pour les dix prochaines années, pour que nous puissions ensemble réaliser l’Agenda 2030 des Nations unies. Jai jagat annoncera ainsi ses futures actions dans le monde à l’issue de la réalisation de ce travail, vers la fin du 1er trimestre 2021.

Les informations seront mises au fur et à mesure sur le site de Jai Jagat Genève  et retrouvez les premières conclusions ci après.

Côté français, la coordination nationale s’arrête pour le moment, cependant plusieurs groupes locaux continuent leurs actions et souhaitent relancer des marches locales.
Pour en savoir plus, contactez le collectif Jai Jagat Lyon qui organisera des événements sur toute la Région Auvergne Rhône Alpes et Peuples Solidaires Jura.

lyongeneve2020[at]nonviolence.fr et peuplessolidairesjura[at]orange.fr

Pour Aller Plus Loin

Suivez les actions de la Jai Jagat ici (Site Génève)

Site International Jai Jagat 2020

Abonnez-vous à la lettre d’information Jai Jagat France