Claire et Cécile : pourquoi soutiennent-elles les actions de SOL ?

Novembre 2018

L’engagement est parfois une histoire de famille ! Parmi nos donateurs et donatrices, nous voulons vous faire découvrir le témoignage de deux sœurs : Cécile et Claire. Jeunes actives, engagées et fidèles soutiens de nos actions depuis de nombreuses années, découvrez leur témoignage inspirant.

À quelles convictions personnelles SOL vous permet de répondre ?

IMG_20170607_143109Cécile : Les constats sur l’agriculture industrielle nous poussent à repenser l’agriculture d’aujourd’hui et de demain que ce soit en France ou ailleurs. Tous ces changements doivent avant tout être portés par le peuple : en tant que consommateur et en tant que producteur aussi. C’est là où SOL intervient pour moi.

Claire :  Lorsque je suis rentrée chez SOL dans le cadre d’un volontariat terrain, je travaillais sur des projets à dominance plus éducatives en Inde. Peu à peu, j’ai eu un intérêt grandissant pour les questions environnementales. Surtout pour les questions sur la permaculture, le lien à la terre et la sécurité alimentaire, soit le fait pour les peuples de pouvoir se nourrir eux-mêmes sans dépendre des grosses industries alimentaires et de retrouver le savoir lié à la terre.

Vous donnez à l’association depuis de nombreuses années, pouvez-vous nous parler de cette fidélité, de cet attachement à soutenir les projets de SOL ?

Cécile : Je suis devenue bénévole chez SOL il y a 2 ans, quand j’habitais à Paris. C’est à partir du moment où je me suis investie en tant que bénévole, que j’ai mieux connue les actions de SOL, que j’ai pu participer à celles-ci, et que je suis devenue donatrice.

Même si j’ai arrêté d’être bénévole, je continue aujourd’hui à donner pour l’association et toutes les actions qu’elle mène car elles me paraissent  essentielles pour l’avenir.

Claire : Je suis rentrée chez SOL pour travailler en tant que volontaire sur des projets à dominance beaucoup plus éducative. Durant 10 mois, je travaillais DSC04001dans une pension pour les enfants de la minorité Adivasis, en Inde [projet mené entre 2010 et 2012]. Nous travaillions sur la réappropriation par ces enfants de leurs terres grâce à l’accès à l’éducation et à un toit. Ce fut mon premier contact avec SOL.

Ensuite j’ai travaillé 3 mois sur l’évolution du Centre Catamaran dans le Tamil Nadu et les prémisses du projet Bio-écoles [projet clôturé en 2018]. Ces projets ont pour objectifs : la protection environnementale et la sensibilisation des populations et des enfants à la protection des sols et au retour à l’agriculture. Beaucoup d’enfants avaient perdu ce rapport à la terre.

Pourriez-vous nous en dire plus sur votre implication au sein de l’association ?
Cécile : Quand j’étais bénévole chez SOL, je participais aux réunions qui nous permettaient de nous retrouver tous autour d’une table et de pouvoir échanger avec des personnes même avec qui je n’avais pas l’habitude d’être en contact car nous étions dans des groupes différents. J’ai participé à la mise en place d’apéros thématiques, à la rédaction d’articles

Claire : Comme expliqué précédemment, j’ai été impliquée en tant que volontaire terrain en Inde pendant 10 mois, puis 3 mois sur le Centre Catamaran. J’ai suivi le développement du projet Bio-écoles.

J’ai aussi été animatrice du groupe bénévole « éducation & sensibilisation » pendant 1 an jusqu’à ce que d’autres projets professionnels et personnels m’en empêchent. Je continue à suivre ce que fait l’association et à donner car je crois profondément en ces actions qui me semblent parfaitement indispensables.

Plantation avec Vandana Shiva, pour Solidarité dans le cadre de COP 21 le 5 décembre 2015.

Plantation avec Vandana Shiva, pour Solidarité dans le cadre de COP 21 le 5 décembre 2015

Quel est le projet qui vous tient le plus à cœur ?

Cécile : Je n’ai pas un projet qui me tient plus à cœur qu’un autre. Chacun des projets soutenus par SOL me semble important : les petites fermes en France, au Sénégal et en Inde, la protection des semences ou la réappropriation de la terre par les paysans (surtout au Sénégal ou en Inde, qui sont des pays très peuplés). Je pense qu’il est important d’agir dans ces pays.

Claire : A la base, c’était le projet Bio-école dans le Tamil Nadu parce que j’ai participé à la conception du projet à l’origine. Et j’ai travaillé pendant quelques années dans le groupe bénévole « éducation & sensibilisation » qui avait un lien assez direct avec le projet.

Aujourd’hui, je suis de très près ce qui se passe sur le projet Biofermes Internationales [projet multipays, dont la première phase s’étend de 2016 à 2019 pour la France et l’Inde et de 2018 à 2020 pour le Sénégal] ; notamment la partie française du projet, avec la Ferme Sainte-Marthe Sologne. Il est vraiment fondamental que le peuple se réapproprie le savoir-faire agricole et la capacité de savoir se nourrir.

IMG_0194

On se dirige vers un monde plus difficile, plus pollué, où il fera chaud : la capacité à savoir se nourrir et savoir cultiver la terre sont un enjeu important de résilience voire de survie. Il est ainsi fondamental de former dès maintenant les paysans de demain. Ainsi on permet aux peuples de demain d’être plus résilients.

Pour quel projet avez-vous choisi de donner et pourquoi ?

Claire : je ne donne pas à un projet particulier : je donne à SOL parce que je crois au travail de l’association. J’ai été bénévole au sein de SOL pendant 8 ans. Je crois en ce que fait l’équipe SOL, en ses valeurs, en son éthique. Je lui fais confiance pour ré-allouer les fonds pour les projets qui en ont le plus besoin à un moment donné.

Souhaitez-vous ajouter quelque chose ?

Claire : Cela fait presque 10 ans que je suis l’équipe. Je connais un des membres fondateur de SOL. Je sais que c’est une association qui est portée par des personnes qui ont énormément de valeurs, énormément d’intégrité. Des personnes pour qui la cause qu’ils soutiennent aux travers de leurs projets est fondamentale. Ils y croient et y mettent toute leur énergie. Je veux simplement leur dire merci de cet engagement, d’œuvrer tous les jours pour ces causes.

Continuons de les soutenir, de donner comme on peut et propager ce qu’ils font autour de nous (comme sur les réseaux sociaux), pour qu’ils aient de plus en plus de soutiens.
Bravo !

*****

Ensemble, faisons germer une agriculture écologique et solidaire

Soutenez nos actions, faites un don

Devenez Bénévole

Rejoignez les membres de SOL

Abonnez-vous à notre page FacebookTwitterLinkedIn et Instagram

Surfez solidaire avec Lilo et soutenez le projet Biofermes Inde