Sénégal – Biofermes Internationales (2018-2021)

Sénégal - Biofermes Internationales (2018-2021)

Bouton-Don-spécifique--jaune-06-2019

Objectif Principal 

Favoriser le développement et l’autonomie des petites fermes agroécologiques et la conservation vivante des semences paysannes

Données clés

Bénéficiaires

  • 200 paysan·nes formé·es à l’agroécologie

  • 20 paysan·nes formé·es à la conservation et à la multiplication des semences

  • 13 apprentis-formateurs

  • 300 jeunes sensibilisés

  • 1 200 personnes sensibilisées dans les villages alentours 

  • 11 animateur.rices formé.es à l’agroécologie (élevage, maraichage, arboriculture et plantes fourragères) et à la conservation et multiplication des semences paysannes

  • 290 jeunes sensibilisés à l’agroécologie et la préservation des ressources naturelles

  • 5000 visiteur.es extérieur.es sensibilisé.es à l’agroécologie et la préservation des ressources naturelles 

  • 203 habitant.es de Nguiguiss Bamba ou des environs bénéficiaires d’un accès à l’eau potable

Zone du projet

Région de Louga, commune de Mbacké Kadior

Durée du projet

2018-2020

Elle témoigne

Parole au partenaire local

Berta, Chargée du projet Biofermes Sénégal pour l'ONG des villageois de Ndem

Les cultures traditionnelles se montrent en fait très adaptées au changement climatique. Parmi elles, on peut citer le petit mil, le sorgho, le maïs, le haricot niébé … Une des réponses à la désertification c’est de diversifier les variétés de semences. Il faut diversifier et revenir à la pratique, tester et expérimenter différentes cultures. Il n’existe pas un modèle unique miracle. C’est un mirage.

 

 

 

 

Parole au partenaire local 

Abdou Khadre Ndiaye, Formateur au sein du projet Biofermes Internationales

« L’agroécologie est un phénomène national. Avec l’agriculture intensive, nos terres sont complètement détruites, les sols ne sont plus fertiles. J’ai décidé de m’engager sur l’agroécologie en tant que formateur et encadreur afin de redonner vie à cette terre et aider les paysans à aller de l’avant. »

« la priorité à enseigner est l’idée d’un sol vivant. Les paysans que je suis ne considèrent pas le sol comme étant un élément de l’agriculture mais seulement comme un support. En agroécologie, le sol est un élément fondamental de l’agriculture. Si l’on perd les éléments fertiles du sol, on ne pourra pas faire une agriculture saine et durable. Donc il faut s’investir sur le sol, l’améliorer avec les micro-organismes nécessaires, donner vie à ce sol et le respecter. »

Le projet Biofermes Internationales au Sénégal

Découvrez le projet en image

Pour aller plus loin


La présentation détaillée du projet

Cliquez ici


Le projet Biofermes en France

Cliquez ici


Les témoignages des acteurs du projet

Cliquez ici


Le récit de voyage: au cœur des échanges paysans

Cliquez ici


Nos actions de plaidoyer pour l’Afrique 

Cliquez ici


Le projet Biofermes en Inde

Cliquez ici

Pour plus de détails

Le projet Biofermes Internationales se développe en France, en Inde et au Sénégal et il a son propre site Internet 

Visitez le site dédié

Je soutiens les actions de SOL

Bouton-Don--grand04-2018