Biofermes Internationales: nouvelles et fondements de l’innovation multipays

Le nouveau projet d’envergure de SOL « Biofermes Internationales : Agroécologie, Semences, Autonomie » se développe actuellement dans 3 pays : en France et en Inde depuis 2016 et au Sénégal, pays qui vient de rejoindre le réseau et où la mise en place du projet commencera au début de l’année 2018. Revenons dans cet article sur les fondements et les premières avancées du projet.

Si les contextes liés à l’agriculture dans ces 3 pays sont variés, ils ont en même temps de nombreuses problématiques partagées : exode rural, diminution de la biodiversité cultivée, perte d’autonomie des paysans et détérioration de leur statut, pression foncière, etc. Il est urgent d’agir au niveau mondial pour soutenir les petits paysans qui subissent partout des pressions sur leurs moyens de productions et leur accès aux ressources naturelles. Pourtant ces mêmes paysans continuent à produire plus de 70 % de l’alimentation mondiale. Via des actions en faveur de l’agroécologie et de la conservation des semences locales, le projet « Biofermes Internationales » vise à permettre aux paysans d’acquérir l’autonomie économique et alimentaire, tout en protégeant et en restaurant la biodiversité de leur territoire. Ce projet a également pour objectif de promouvoir l’échange de pratiques et de savoir-faire entre paysans au niveau local, national et international. En savoir plus sur le projet et le soutenir…

IMG_20170614_163903                  IMG_20170601_153642IMG_9617

 AGROECOLOGIE

Favoriser l’innovation dans les pratiques agroécologiques et les échanges de savoir-faire

De la production, la sélection et la multiplication de leurs propres semences jusqu’à la production de leur propre alimentation, en passant par les techniques agroécologiques qui permettent d’éradiquer l’utilisation d’intrants chimiques en agriculture (via les engrais naturels, les techniques push and pull, les haies, etc.), ce projet touche l’ensemble de la chaîne des activités paysannes avec un même but : l’indépendance économique et l’efficacité écologique.

Depuis le début du projet, 105 personnes ont été formées à l’agroécologie en France dans le cadre de la formation « Agriculture biologique et ses filières » dispensée à la ferme de Sainte Marthe (en Sologne) et 395 paysan.ne.s de 3 Etats en Inde (Uttarakhand, Rajasthan et Uttar Pradesh) ont été sélectionnés pour rejoindre le projet. Dans les 40 villages dont les paysan.ne.s sont issus, des formations à l’agroécologie et à la conservation des semences sont organisées tout au long de l’année pour permettre aux petits paysan.ne.s de développer dans leurs champs une agriculture 100 % biologique.

Echanges d’expériences avec le Sénégal

IMG_20170614_141351Les 9 et 14 juin 2017, Fallou Mbow, de l’ONG sénégalaise NDem, partenaire de SOL dans le cadre du projet « Biofermes Internationales » a visité les fermes de Bec Hellouin, de Sainte Marthe et de la Renaudière, 3 des petites fermes formatrices ayant déjà rejoint le réseau. Ces visites ont été l’occasion pour le coordinateur sénégalais de découvrir les pratiques alternatives mises en place en France et de partager son expérience de développement de projet agroécologique au Sénégal.

La partie sénégalaise du projet « Biofermes Internationales » commencera avec l’ONG Ndem au début de l’année 2018.

 La formation comme levier

Durant la première année de projet en France, parmi les 105 personnes formées à l’agriculture biologique et ses filières, 13 personnes ont pu poursuivre par une formation de mise en pratique de 2 mois sur la logique du compagnonage dans 4 petites fermes agroécologiques formatrices partenaires du projet. Ces formations ont été l’occasion pour eux d’étudier les modèles économiques de ces fermes avant qu’ils ne commencent leur propre activité.

Les stagiaires témoignent

20170611_144446

« Ces deux mois et demi de formation ont été une parenthèse extraordinaire qui raisonnera à jamais en moi. J’y ai reçu de quoi faire germer mon projet, des connaissances pour en prendre soin et beaucoup de bienveillance et d’amour pour avoir la patience d’attendre les futurs fruits. J’y ai appris énormément sur la vie du sol, des végétaux, mais aussi sur la vie en groupe, sur la force du collectif, la beauté du partage. Je serai ravie de partager mon expérience acquise à Sainte Marthe et mon ressenti avec ceux qui s’interrogent sur cette formation. » Marie-France Barrier- Formation Bio Sainte Marthe Été 2016

Découvrir le témoignage de Céline stagiaire 2016

Depuis 2016, dans le cadre du projet « Biofermes Internationales » nous développons de nouveaux partenariats avec les acteurs du milieu. C’est ainsi que l’Ardear en région Centre et la FADEAR au niveau national sont régulièrement consultés pour accompagner le développement du projet en lien avec les organisations paysannes qui luttent depuis de nombreuses années pour la défense des petites fermes françaises. Ces partenariats nous permettent notamment de faire le lien entre les formés du projet qui portent un projet d’installation et les organisations paysannes les plus à même de les accompagner dans leur démarche. De plus, SOL et ses partenaires ont décidé de soutenir la charte de l’agriculture paysanne, que nous avons adaptée pour répondre aux spécificités du projet, écrite par la FADEAR et les paysans de la confédération paysanne. Cette charte exprime en effet la vision de l’agroécologie paysanne telle que portée par le projet Biofermes et permet à toutes les petites fermes partenaires de se retrouver sous une vision commune et transmissible aux futurs paysans formés.

SEMENCES

La semence paysanne, graine de la conservation

En France, à la ferme Sainte Marthe, un formation spécifique sur les semences, incluant la conservation et la reproduction a pu enrichir le savoir faire de 30 personnes déjà formées en agriculture biologique.

IMG_8135
En Inde, 60 paysan.ne.s seront sélectionnés cette année pour devenir des gardiens de semences et multiplier les semences identifiées comme résilientes. En parallèle, 7 variétés résistantes au changement climatique sont actuellement testées dans les 3 zones de projet. Ces variétés locales ont été identifiées avec les paysan.ne.s du projet pour leur bonne adaptation aux climats locaux et à leurs variations et sont en même temps des espèces consommées quotidiennement par les populations bénéficiaires.

Sensibilisation et formation pour diffuser les alternatives

En France, afin de recréer le lien entre le grand public et les paysans, plusieurs événements autour des liens entre l’alimentation, l’agriculture et la santé ont été organisés cette année en plus de sessions de formation à la conservation des semences paysannes.

Création d’un conservatoire pédagogique de semences en France

DSC04678 Le Conservatoire de Sainte-Marthe a été créé par Philippe Desbrosses dès 1974. Il recèle plus de 1 000 variétés de graines de variétés anciennes potagères et céréalières, certifiées Bio, collectées, préservées et conservées. Devant la nécessité de sensibiliser le grand public à la conservation de la biodiversité et à l’importance des semences anciennes, un conservatoire pédagogique est en création depuis mars 2016 et se veut être un lieu de découverte de la biodiversité et de ses enjeux, de démonstration et d’apprentissage de savoir-faire, ouvert à tous les publics.
Les travaux de restauration du conservatoire, avec des matériaux écologiques, ont commencé en mars 2016. Le conservatoire pédagogique est maintenant prêt pour ouvrir ses portes au grand public dès la fin du mois de juin 2017 !
En Inde, 17 écoles ont rejoint le projet et les activités de sensibilisation ont pu commencer en abordant les thématiques principales de l’agroécologie, l’importance de la souveraineté alimentaire et le besoin de préserver nos semences (garantes de notre futur).

AUTONOMIE

Présentation d’une petite ferme agroécologique formatrice partenaire: La micro-ferme de Yohann et Véronique en France

IMG_20170601_153754Après une formation à la ferme de Sainte Marthe, Yohann et Véronique ont créé sur ces mêmes terres une ferme pédagogique. Cette petite ferme de 2 000 m² est constituée d’un jardin mandala et d’une surface cultivée en permaculture. Ils cultivent manuellement, sur butte et sans labour, plus de 60 variétés de légumes et plantes aromatiques et produisent eux-mêmes leurs semences potagères, aromatiques et de fleurs. La production légumières se fait aujourd’hui dans une démarche d’autosuffisance et une visée plus expérimentale qu’économique. Véronique est également en charge du jardin de semences de Sainte Marthe qui permet de cultiver, année après année, les semences conservées dans la banque de semences de la ferme. Sur la petite ferme, ils animent régulièrement des stages, des formations, des journées découvertes tous publics et travaillent avec des écoles et des centres de loisirs pour faire découvrir aux enfants les richesses de la nature.

Découvrir l’interview de Joseph, paysan d’une autre petite ferme partenaire.

Appui à l’autonomisation en Inde grâce à l’agroécologie

En Inde, le projet, commencé en septembre 2016, a pu accueillir 4 coordinateurs locaux pour suivre au quotidien le projet dans les 40 villages bénéficiaires. Des réunions ont eu lieu dans chaque village pour identifier les besoins prioritaires des paysans et organiser les premières formations à l’agroécologie et à la conservation des semences locales.
IMG_7791En février 2016, une formation a eu également lieu à la ferme de Navdanya pour 22 paysans venus du Rajasthan. Cette formation a été l’occasion pour les paysans de se former aux techniques de culture en agroécologie, à la conservation des semences locales mais également d’échanger des semences avec des paysannes d’Uttarakhand, l’Etat dans lequel la ferme de Navdanya est située.
L’objectif de cette première année de projet est d’appuyer les paysans dans leur transition vers une agriculture qui leur permet de subvenir à leurs besoins tout en préservant la biodiversité de la zone.
– Afin d’y arriver un appui particulier a été porté à l’expérimentation et l’appropriation des modèles d’agriculture viable, vivable et reproductible (par tous) par l’acquisition de techniques agroécologiques et la reproduction et la conservation des semences locales et traditionnelles.

Le projet « Biofermes Internationales » regroupant trois projets indépendants sur trois continents n’attend plus que vous et votre soutien pour s’épanouir et atteindre l’autonomie.

En savoir plus et soutenir le projet…

Découvrez les interviews de Joseph, paysan d’une petite ferme et de Céline, stagiaire « Biofermes Internationales »

Rejoignez la communauté Bioferrmes en France sur les réseaux @Biofermes